Sortir de l'emprise!

Mis à jour : mai 18

(Pour les impatients vous trouverez à la fin de ce texte un exercice pour se libérer d'une de nos principales emprises)


Je vois beaucoup d’incompréhensions et de révolte face à tout ce qui se passe en ce moment.


Nous avons commencé la dernière fois à sentir cette vie qui existe en nous. Je vous ai proposé une méditation qui n'est que le début de la reconquête de notre belle humanité. Un premier pas vers la conscience de cette partie parfois oubliée de notre vie.

 Cette puissance de vie qui nous habite tous (humains, animaux, végétaux, etc ...) et qui met tout en action.

Il arrive que les autres aient le pouvoir d'asservir cette partie de nous.

Et oui il arrive que nous leur laissions ce pouvoir!




"Comment est-ce possible?" Vous dites vous peut-être.

Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet, c'est pour cela que j'ai créé une formation dont je vous reparlerai plus tard, mais commençons par ce qui suit.



Revenons un instant sur l'animal.

L'attraper: lui proposer un appât.

Le priver et le récompenser: créer la dépendance.

Associer une récompense à une action recherchée et une répression au dépassement des limites : le dresser (ça ne vous rappelle pas quelque chose qui se passe en ce moment ;) ).


On nous a appris à dresser l'animal qui est en nous, je vous propose aujourd'hui de l'apprivoiser.


Pensez- vous qu'un concept mental comme le travail puisse enchaîner notre élan de vie?

oui ET non.

Le travail ne nous enchaîne que si nous le faisons pour avoir la récompense.


La libération.



“Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur.

Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite.

C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.

Nous nous posons la question : « qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux, merveilleux ? »

En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

...

Elle ne se trouve pas seulement chez quelques élus : elle est en chacun de nous et au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière, nous donnons inconsciemment aux autres la permission de faire de même.

En nous libérant de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.”

Discours de Nelson Mandela, Texte de Marianne Williamson.


La libération arrive quand nous nous rappelons qui nous sommes.

Nous n'avons alors plus besoin que d'autres nous révèlent nos besoins.

Nous n'avons pas besoins de sauter à travers un cerceau pour recevoir ce dont nous avons besoin.


Mais qui sommes nous ?

Qui êtes vous?

Il n'y a pas une réponse à cela,

il y a VOTRE expérience.


Dans les prochains mails je vous proposerai des soutiens à ce mouvement de libération. Je vous y accompagne aussi lors de stages et de séances individuelles car je crois que c'est une merveilleuse clef pour nous tous.

...

Cette libération ne change pas forcement ce que vous faites mais POURQUOI vous le faites.

Cela donne un autre sens au travail, par exemple, mais aussi à bien d'autres domaines de nos vies.


Quand je ressens qui je suis et le pouvoir qui existe en moi je ne suis plus poussé par l'obligation de travailler mais je suis porté par l'envie de contribuer à ce monde (c'est ce que je ressens maintenant).

Nous sortons alors des singeries et nous rentrons dans une expression simple et puissante de qui nous sommes. Nous ferons alors peut être les mêmes choses si nous prenons conscience que nous sommes des singes et nous les ferons alors parce que c'est ce que nous savons le mieux faire ;).


Aujourd'hui je vous propose l’exercice de l'observation qui libère du mental pour être dans l’expérience.

C'est un point crucial pour bien des mouvements libérateurs dans nos existences.


Observez ce qui est autour de vous comme si vous le voyez pour la première fois. Vous ne connaissez pas le nom de cette chose, vous observez ces objets en appréciant les courbes, les formes et les couleurs. Dès qu'un nom vient, observez encore plus en détail cette chose. Laissez votre regard flotter sur le panorama que vous avez devant les yeux. Plongez dans l’expérience que vous offre vos yeux et peut-être même au delà.


Après avoir fait trois ou quatre fois cela, faites de même devant votre miroir...Observez les traits de votre visage, sa couleur. si des jugement et des analyses surgissent, replongé dans l'observation avec curiosité et découverte. Attention vous risquez de sentir une étincelle d'amour pour ce qui est!


Le détachement des noms et de votre savoir vous permet de plonger dans l’expérience du moment présent.


Je nous souhaite de sentir l’élan que nous pouvons avoir de participer à ce monde.

Avec toute mon humilité

Arnaud Dancie

PS: votre prochain mail parlera d'un des système d'auto-sabotage qui nous amène à renoncer et des clefs pour le dépasser .

Recevez tous les partages et informations :